Tempête Dirk du 23 au 24 décembre 2013

Cela fait déjà un certain temps que l’on entrevoit des possibilités de tempête pour les environs de noël. Si un scénario similaire aux tempêtes Lothar et Martin de 1999 ne se reproduira pas, en revanche une tempête sur l’Atlantique nord devrait concerner les îles britanniques et le nord-ouest de la France entre le 23 et le 24 décembre. Cette tempête a été baptisée Dirk.

Le scénario

Un flux d’ouest rapide est déjà en place le samedi 21/12/2013 sur l’Atlantique, au sud d’un vaste et très creux système dépressionnaire (955hPa) centré sur l’Islande. Ce flux propulse littéralement de l’air très froid d’origine polaire vers l’Irlande. Ceci engendre un puissant courant cyclonique qui draine plus au sud de l’air doux d’origine tropicale, notamment du golfe du Mexique (he oui, les masses d’air voyagent !), qui maintient une douceur relative sur l’Europe.

Situation synoptique au 21/12/2013 à 16h00
Situation synoptique au 21/12/2013 à 16h00
Circulation des masses d’air au 21/12/2013 à 16h00

Sur la carte de pression ci-dessus, nous pouvons déjà remarquer la présence d’un T au sud de Terre-Neuve : c’est le précurseur de la tempête dont nous allons décrire l’évolution prévue. On remarque en effet un infléchissement des isobares, signe que du cyclonisme est déjà en place à cet endroit dans le prolongement d’une dépression située sur le continent américain. Cette petite excroissance dépressionnaire a pour origine l’interaction de deux courants jets: d’un côté l’extrémité d’un très puissant courant jet sur le continent américain, à l’avant du système dépressionnaire américain, qui se termine au sud-ouest de Terre-Neuve, et de l’autre le courant jet associé au système dépressionnaire nord-atlantique qui débute un peu plus au nord de Terre-Neuve.

La zone entourée de rouge sur le panel ci-dessous matérialise cette zone de diffluence renforcée : en sortie gauche du jet américain, et en entrée droite du jet atlantique. Le parfait coctail pour créer de la dynamique d’altitude et déclencher une cyclogénèse. Ce précurseur est donc déjà pris en sandwich, poussé par le très rapide jet américain (plus de 340km/h). Il va faire son petit bonhomme de chemin vers l’ouest tout en se creusant de façon très rapide. De 1009 hPa le dimanche 22 à 1h00, il sera déjà une dépression active de 980hPa 24h00 plus tard à environ 1000 km au large de l’Irlande, après un périple de l’ordre de 2500 km. 29hPa, c’est déjà un développement plutôt explosif.

Panel d'évolution de la dépression et du jet stream
Panel d’évolution de la dépression et du jet stream

Mais entre lundi matin 01h00 et mardi matin 01h00, le phénomène va s’accélérer car la dépression va commencer à sculpter une perturbation classique en forme de lambda, ce qui génèrera une forte baroclinie entre de l’air tropical et de l’air polaire (de l’ordre de 6 à 8 degrés). S’ensuivra donc une amplification des ascendances en créant de l’instabilité, qui génèrera à son tour de fortes précipitations. Cette conjugaison de facteurs devrait permettre de creuser la dépression à 928hPa, soit 52Hpa en 24h ! Un développement particulièrement explosif.

Perturbation associée au développement barocline
Perturbation associée au développement barocline

A ce stade, la dépression aura atteint son stade de maturité, l’air froid plus rapide va traverser le corps chaud de la perturbation et étouffer la cyclogénèse. Au cours de la journée de mardi, la dépression devrait encore se creuser de quelques Hpa, avant de commencer à se combler.

Conséquences prévues

Un tel développement explosif laisse présager des vents très violents au sein de cette dépression. En mer, on prévoit des vents moyens frisant les 120km/h avec des rafales pouvant aller jusqu’à 140km/h. Sur les côtes irlandaises et britanniques, on peut s’attendre à 120-130km/h, lundi en cours de journée. C’est à ce moment que la tempête atteindra les côtes bretonnes. Elle s’enfoncera alors dans le pays,  touchant tout d’abord la Bretagne, la Normandie et le Nord en milieu de nuit. A ce moment, on s’attend à des vents de 110-120km/h sur les côtes

Par la suite, la tempête deviendra coup de vent en rentrant dans le pays, la région centre et en particulier le Loir-et-Cher devraient avoir des vents de l’ordre de 80 à 90km/h. Ensuite, le passage du front froid sera source de temps maussade en journée. En effet, une large bande de précipitations succèdera au “couloir” de vent.

Fiabilité de la prévision

A cette échéance, la prévision de ce phénomène est maintenant bien modélisée, et semble se maintenir au cours des runs des différents modèles. L’incertitude concernera surtout l’intensité du phénomène, qui pourra s’avérer moins intense que prévu. UKMO par exemple, à l’heure où j’écrit ces lignes, prévoit un creusement d’environ 10hPa de moins que GFS et ECMWF. A l’inverse, mais cela semble peu probable, le phénomène pourra tout aussi bien être encore plus intense. Cette tempête associée à un fort coup de vent sur nos régions centrales devra donc être surveillée dans les prochains jours car elle atteint des niveaux de vents pouvant causer des dégats potentiels (chutes d’arbres, etc…).

Si ce phénomène aura une incidence probablement limitée sur la France (hormis les côtes), il conviendra de surveiller les évolutions ultérieures d’éventuelles dépressions dans le sillage de cette tempête. En effet, on n’est pas à l’abri d’une succession de développements de dépressions explosives ultérieures, difficilement prévisibles à moins de 48h.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *